-  Saturday 14 December 2019

Un réfugié tibétain rapatrié de force

 -  AFP

24 novembre 2011
Le Népal a rapatrié de force un réfugié tibétain ayant fui la Chine, a affirmé aujourd'hui l'organisation International Campaign for Tibet (ICT), plus d'un an après une affaire similaire qui avait suscité l'indignation de la communauté internationale. Le réfugié, un jeune homme de 20 dénommé Tashi, était arrivé en septembre dans l'ouest du Népal avec un groupe de cinq autres Tibétains. Il fut ensuite séparé du groupe alors qu'il se dirigeait vers la capitale, Katmandou. "Tashi a été arrêté par la police népalaise après avoir traversé la frontière et remis à leurs homologues chinois côté tibétain", a déclaré l'organisation, citant des sources sous couvert d'anonymat.

Selon elle, le jeune homme était désormais détenu à Lhassa. Un porte-parole du ministre népalais de l'Intérieur s'est refusé à tout commentaire. Le porte-parole chinois des Affaires étrangères, Liu Weimin, a pour sa part déclaré à des journalistes à Pékin ne pas avoir "d'informations spécifiques". Il a toutefois affirmé que la Chine allait continuer à "travailler avec le Népal pour renforcer les contrôles à la frontière et maintenir l'ordre dans la région frontalière".

En juin 2010, le Népal avait reconduit à la frontière trois réfugiés tibétains. Le Haut commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR) s'était dit "extrêmement préoccupé" par cette initiative en dépit d'un accord informel sur leur transit dans le pays. Des milliers de Tibétains entreprennent chaque année un voyage difficile et dangereux vers le Népal pour fuir la répression politique et religieuse dont ils s'estiment victimes en Chine. Ils sont normalement libres de circuler au Népal en vertu d'un accord informel entre le gouvernement et l'agence des Nations unies mis en place en 1989 lorsque le Népal cessa de leur accorder le statut de réfugiés.

Avec l'assistance des Nations unies, nombre d'entre eux repartent ensuite vers Dharamsala, dans le nord de l'Inde, où une grande communauté s'est établie sous l'autorité du gouvernement tibétain en exil et du dalaï lama. Des télégrammes diplomatiques américains publiés par le site WikiLeaks l'an dernier suggéraient que la Chine avait payé la police népalaise pour arrêter des Tibétains. Le Népal, qui abrite 20.000 exilés tibétains, a démenti ces accusations.

Source: © AFP - www.afp.fr
Copyright © agence France Presse 2009. Tous droits réservés.
© FRANCE NEPAL info

Other articles by reporter AFP




Leave a Reply

Name (*)
e-Mail
Comment (*)
Sec Image
This helps us prevent automated registrations.
francenepal.info Web Google

HOME |  |   | NEPAL | SAAR | WORLD | HIMALAYA | TECHNOLOGY | BUSINESS | ART |  RSS
Copyright © 2006 FRANCE NEPAL, Tous droits réservés , Email : info@nepalfrance.com